Guérir ou soigner ?

“Tu sais, dans ce métier, il faut oublier qu’on veut guérir…”

 

J’étais en stage d’externat…

 

J’avais commencé ce stage-ci (oncologie) la semaine d’avant, au centre anti-cancéreux. C’est un très bon centre, celui-là, et on en dit beaucoup de bien. J’avais été très contente d’obtenir le stage, comme je voulais…

 

Je voulais être oncologue. Cancérologue, c’est pareil. (là je vous entends : “oh mon dieu ce que c’est dur comme métier !”… oui, il parait… mais ya un mais, un mais de taille !)

 

Durant mon externat, j’ai plusieurs fois changé de désirs, en ce qui concernait ma spécialité future. L’oncologie, ça m’a tenu longtemps, et je sais pourquoi.

 

Je crois qu’il faut que je raconte comment et pourquoi je voulais être oncologue :

 

J’avais été particulièrement touchée à l’enterrement de la mère d’une de mes amies, l’été dernier, qui avait passé quelques mois là-bas (le centre où je travaille aujourd’hui), foudroyée en moins de 4 mois par la découverte d’un cancer non identifié métastasé à la colonne. Ca c’est pour la petite histoire.Touchée de tristesse, bien sûr, c’est toujours dur de voir ses amis souffrir. Cette femme que je ne connaissait que très peu, c’était non seulement la mère de mes amis, mais la femme de mon chef de choeur, une merveilleuse prof de chant et de musique au lycée où je suis allée, le “guide spirituel” de beaucoup d’autres de mes amies… une vraie célébrité.On était vraiment nombreux à son enterrement. Vraiment plein de monde ! Mais pas une fleur.Parce que après les chants et discours, son mari a expliqué : “J’ai demandé à beaucoup d’entre vous de ne pas offrir de fleurs. Durant ces quelques mois, Catherine a été soignée par une équipe merveilleuse. On lui a prodigué les soins qui ont fait de sa fin de vie quelque chose de doux. On s’est occupé d’elle, et de nous aussi… Je voudrais que vos dons pour elle aillent au centre anti-cancéreux François Baclesse, et particulièrement au 5ème étage où elle était hospitalisée…” Sa perte les a beaucoup fait souffrir. Mais dans cette tristesse, à l’heure la plus dure de l’enterrement, s’ils ont pensé à remercier l’équipe qui n’a pas guéri leur mère et femme, c’est parce que cette équipe l’a soignée, et les a soigné avec.

 

C’est ce que je veux faire.

 

Quand je serai grande, je veux être soigneuse !

Publicités

~ par docnmama sur 23/02/2013.

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :